Pétition Publique Logotype
Début | Créer Pétition | Recommander à un ami |Pétitions actuelles |
L’une des plus anciennes méthodes de la démocratie      Pétition Publique - Page initialewww.petitionpublique.fr

Liste des signataires | SIGNER cette pétition

Pétition NON au projet d'usine de méthanisation à Saint-Junien les Combes

Pour:Préfet de la Haute-Vienne

Nous n’acceptons pas qu’une fois de plus le nord de la Haute Vienne soit la poubelle de la SCEA Domaine de Berneuil. Son projet mené en secret, sans aucune concertation, porte atteinte à la santé publique, menace notre eau, notre habitat, nos vies et pollue notre air.

Le projet qui nous menace :

la plus grosse usine d’engraissement de l’Hexagone qui utilise un vocabulaire du plus bel effet (BIO, agriculture raisonnée) … et ses 2550 bovins enfermés dans leurs stabulations.
Le même investisseur qui va utiliser les 18 000 tonnes/an de fumier et y ajouter des céréales pour compenser la faible capacité méthanogène du fumier.
Tout laisser fermenter dans une énorme structure (financée en partie par les aides publiques) tout en les arrosant d’un liquide toxique (le percolat) pour obtenir un gaz contenant du méthane (53%, en étant bien optimiste…)
Brûler ce gaz pour obtenir de l’électricité et de la chaleur permettant de faire fonctionner le système et revendre le surplus à un taux préférentiel (aidé par l’état)
Obtenir 19 323 tonnes/an de déchets (ultimes !?) qui seront épandus tout autour.

Nous demandons à Monsieur le Préfet de la Haute Vienne de statuer par un arrêté de refus aux demandes présentées par ENEDEL7 d’un projet de méthaniseur avec sites de stockage et épandage ainsi que d’un Incinérateur situés à moins de 400m des premières habitations et à moins de 100m du complexe sportif!

Voici les motifs de la présente pétition :

1. L’utilisation de cultures énergétiques (3300 tonnes/an) pour augmenter le rendement en méthane est une hérésie, alors que le but présenté est « environnemental » - traitement du fumier généré par la ferme usine d’engraissement (2550 veaux – voir Grand Troupeaux Magazine n° 40 de mars 2016). Irrigation, pollution des eaux souterraines et perte des surfaces agricoles utiles pour produire le maïs nécessaire à ces digesteurs est intolérable.
2. Pollution accrue des eaux captées : culture intensive = désherbants, bombes à nitrates, irrigation... On ne peut pas accepter de sacrifier la Bazine qui rejoint le Vincou puis la Gartempe pour produire les céréales nécessaires aux gros digesteurs.
3. Les déchets sortants sont plus importants ( 19 323 tonne/an pour 18 000 tonnes/an de fumier bovin au départ …). Où est l’intérêt écologique ?
4. Les mêmes surfaces d’épandage seront aussi utilisées pour les épandages de la station de compostage de Berneuil (voir dossiers de l’enquête publique du 12 juin au 13 juillet 2017 - Suez Organique). Dans ce nouveau dossier l’épandage ne peut se faire que tous les 3 ans à cause du problème des nitrates ce dont ENEDEL7 ne tient même pas compte !
5. Les dangers et risques sont minimisés ! Les digestats (produits de la méthanisation) sont très riches en ammoniaque (irritant les muqueuses) qui se retrouve rapidement dans notre eau (nitrates). Ils contiennent des parasites et micro-organismes qui peuvent donner des maladies graves (botulisme) et peuvent se retrouver dans l’air environnant avec le nettoyage des cuves au jet surpuissant. Lors de la fermentation se dégage du sulfure d’hydrogène (odeur d’œuf pourri) un gaz mortel à fortes doses. Ce déchet n’est pas comparable au simple fumier !
6. L’atmosphère est explosive au niveau d’un digesteur, une toute petite étincelle fait tout exploser et l’air contient des gaz odorants et toxiques. (MISE EN DANGER de la vie d’autrui-art. 223-1 et 223-2 du Code Civil)
7. La cheminée va rejeter du CO2 et des poussières, le trafic routier incessant aussi (effet de serre augmenté !!!)
8. Les routes n’ont pas la capacité de supporter le transports des 60 tonnes par jour nécessaires pour faire fonctionner cette usine (et encore autant, voire plus pour transporter les déchets des digesteurs !). QUI payera les dégâts ?
9. Vu l’emplacement des zones de stockage, des transports incessants vont traverser la N147 dans une zone très accidentogène et traverser le bourg de Saint Junien les Combes et ses ruelles sinueuses ! QUI est prêt à prendre la responsabilité des accidents inévitables ?
10. Le bruit généré (cogénérateur, trafic…) sera une nuisance 24h/24. (Troubles anormaux du voisinage : bruits et odeurs, art 1382 et R 134-31)
11. Le site très imposant sera fermé (zonage ATEX), tous les arbres autour rasés et des lignes électriques aériennes seront créées. Quelle attractivité pour la région  et quelle dévaluation de nos habitations?
12. Les dommages devront être supportés par les contribuables encore une fois pour qu’une ferme-usine puisse bénéficier des aides de l’ADEME et de l’État.
13. La méthanisation ne doit pas devenir une source de revenus pour ces élevages industriels qui vont concurrencer les agriculteurs locaux (céréales aliment contre céréales énergie, qualité contre bénéfice = hausses des prix !). Nous n’acceptons pas de tuer à petit feu nos agriculteurs pour les remplacer par des investisseurs.
14. Les agriculteurs font un travail de qualité qui permet à la race limousine d’être reconnue mondialement. Qu’en sera-t-il si ce type d’élevage industriel met à mal toute une filière respectueuse de la nature et des ressources ?


Les signataires

La Pétition NON au projet d'usine de méthanisation à Saint-Junien les Combes, sera adressée au Préfet de la Haute-Vienne. Elle est créée et écrite par la communauté Eaux Les Coeurs.
Cette pétition se trouve hébergée sur Internet sur le site Pétition Publique qui met à disposition un service public gratuit pour les pétition en ligne.
Au cas où vous auriez une question pour l’auteur de la pétition, vous pourrez l’envoyer par l’intermédiaire de cette page de contact

Créer Pétition | À propos de nous | FAQ | Politique de confidentialité | Termes et conditions | Envoyer à un ami | Contactez-nous

Bookmark and Share

Pétition Publique

Pétition Publique © 2008-2017. Tous droits réservés.