Pétition Publique Logotype
Début | Créer Pétition | Recommander à un ami |Pétitions actuelles |
L’une des plus anciennes méthodes de la démocratie      Pétition Publique - Page initialewww.petitionpublique.fr

Liste des signataires | SIGNER cette pétition

Pétition Moralisons la vie syndicale

Pour:Premier Ministre

Monsieur le Premier Minstre,

Nous sommes tous très attachés au syndicalisme, dans la mesure où il se concentre sur sa mission : la représentation des salariés face à leurs employeurs.
Malheureusement, ce n’est pas du tout le cas en France. Les syndicats français ont depuis longtemps abandonné la défense des intérêts des salariés pour se concentrer sur la défense des intérêts des dirigeants syndicaux.

Les adhérents des syndicats français ne rassemblent que 7% des salariés, soit moins de 3% des français.

Pire encore, leurs dirigeants sont cooptés. Ils ne sont pas élus par les adhérents et ne peuvent donc pas prétendre les représenter.
Pire encore, ils n’ont aucune compétence en matière de gestion, ni même en matière économique.

La carrière des dirigeants syndicaux français repose sur un rapport de force permanent avec les gouvernements, quels qu’ils soient. Ces gouvernements sont placés sous la menace constante de mouvement de grèves et de manifestations massives lors de chaque projet de loi touchant de près ou de loin au travail et à la vie économique.

Pour apaiser la « colère » des dirigeants syndicaux, les gouvernements et les grands patrons négocient des dessous de tables, finance les syndicats de manière illégale, leur offre des emplois fictifs. Ces sois-disant « partenaires sociaux » se sont même vus offrir la gestion de la Sécu, des Mutuelles, de Pole Emploi et des organismes de formation continue, ce qui représente des montants supérieurs au budget de l'Etat. Les syndicats n'ont donc pas besoin de syndiqués !

L’intérêt des dirigeants syndicaux est donc de contester systématiquement tout projet de loi pouvant les concerner, afin de maintenir la pression. Il est de lancer régulièrement des mots d’ordre de grèves et de manifestations, afin de rendre crédible cette pression.

Il en résulte que la vie politique française est pourrie par ces syndicats qui empêchent ainsi toute réforme susceptible de relancer efficacement l’activité économique et sociale, contribuant ainsi largement à la faillite de la France et à l'explosion du chomage.

Les syndicats se mêlent de politique, ce n’est pas du tout leur rôle, mais bien celui des partis politiques et des élus du peuple.
Lorsqu’un syndicat lance un mouvement de grève contre un employeur, c’est du syndicalisme. Lorsqu’un syndicat lance un mouvement de grève contre le gouvernement, c’est de la politique. Lorsqu’un syndicat lance une manifestation contre le gouvernement, c’est du trouble à l’ordre public.

En refusant les lois voulues par les représentants du peuple, ils bafouent la démocratie. Que les syndicats soient consultés lors d’un projet de loi est souhaitable. Qu’ils s’y opposent par la force est antidémocratique et passible de condamnations.
… Mais lorsqu'ils sont condamnés, les syndicats ne payent pas leurs amendes.

Les réformes que vous envisagez pour redresser la France, notamment celles concernant le droit du travail, vont très probablement faire l'objet d'une opposition farouche de la part des syndicats. Cette opposition va à l'encontre de la volonté du peuple clairement exprimée lors des dernières élections.
Il nous paraît indispensable de réformer le syndicalisme en France afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle (et seulement ce rôle) de représentation des salariés face aux employeurs.

La moralisation de la vie politique doit s'accompagner d'une moralisation de la vie syndicale.

Nous, citoyens, proposons la mise en place des réformes suivantes :

- Suppression du privilège accordé à certaines centrales syndicales après la 2ème guerre mondiale, afin que puisse se créer de nouveaux syndicats plus modernes et plus constructifs.
- Election démocratique des dirigeants syndicaux.
- Limitation à 3 mandats de 4 ans des élus syndicaux.
- Possibilité pour des non syndiqués d'être élus représentants du personnel.
- Audit réguliers des comptes des syndicats par la Cours des Comptes.
- Mise en examen des dirigeants syndicaux coupables d'incitation à la violence.
- Nationalisation de tous les organismes sociaux afin qu'ils soient gérés par des fonctionnaires compétents sous le contrôle des élus du peuple.

Convaincus de la nécessité de réformer la France en profondeur, nous vous remercions à l'avance de l'attention que vous porterez à notre demande et nous tenons prêts à vous soutenir dans la mise en œuvre de ces réformes.

Sincèrement,


Les signataires

Cette pétition se trouve hébergée sur Internet sur le site Pétition Publique qui met à disposition un service public gratuit pour les pétition en ligne.
Au cas où vous auriez une question pour l’auteur de la pétition, vous pourrez l’envoyer par l’intermédiaire de cette page de contact

Créer Pétition | À propos de nous | FAQ | Politique de confidentialité | Termes et conditions | Envoyer à un ami | Contactez-nous

Bookmark and Share

Pétition Publique

Pétition Publique © 2008-2017. Tous droits réservés.